?

Log in

No account? Create an account
equus_o_equus
30 mars 2014 @ 19:01


Автор: Тося

 
 
equus_o_equus
09 septembre 2013 @ 21:35




by Tracy Robertson for London Lane Stud



This entry was originally posted at http://chloris01.dreamwidth.org/41961.html. Please comment there using OpenID.
 
 
equus_o_equus




This entry was originally posted at http://chloris01.dreamwidth.org/39875.html. Please comment there using OpenID.
Tags:
 
 
Humeur actuelle: amusedamused
 
 
equus_o_equus
08 août 2013 @ 20:07
29864ebf9d2a8315c7dfc94a9fcb895a
 
 
equus_o_equus
08 août 2013 @ 20:03


Автор: Shmelika

Tags:
 
 
 
equus_o_equus
08 août 2013 @ 20:00


Автор: KatyaD

 
 
equus_o_equus
31 mars 2013 @ 15:03




ANTAREK - Les étalons du GERCE - France

This entry was originally posted at http://chloris01.dreamwidth.org/28429.html. Please comment there using OpenID.

Tags: ,
 
 
Humeur actuelle: apatheticapathetic
 
 
 
equus_o_equus
11 mars 2013 @ 21:32




This entry was originally posted at http://chloris01.dreamwidth.org/26675.html. Please comment there using OpenID.
Tags:
 
 
Humeur actuelle: tiredtired
 
 
equus_o_equus
10 mars 2013 @ 22:00

Автор: KatyaD
Tags:
 
 
 
equus_o_equus
07 mars 2013 @ 22:30


Автор: Vikarus

 
 
equus_o_equus
05 mars 2013 @ 22:30
Cette race de petits chevaux russes est devenue particulièrement rare.


Автор: Vikarus

 
 
equus_o_equus
03 mars 2013 @ 23:30
Beauté impériale d'un Andalou


Автор: M a r i a

Tags:
 
 
equus_o_equus
02 mars 2013 @ 21:12

DeathOfHippolytusRubens


La Mort d'Hippolyte par Rubens


Hippolyte lui seul, digne fils d’un héros,
Arrête ses coursiers, saisit ses javelots,
Pousse au monstre, et d’un dard lancé d’une main sûre,
Il lui fait dans le flanc une large blessure.
De rage et de douleur le monstre bondissant
Vient aux pieds des chevaux tomber en mugissant,
Se roule, et leur présente une gueule enflammée
Qui les couvre de feu, de sang et de fumée.
La frayeur les emporte ; et, sourds à cette fois,
Ils ne connaissent plus ni le frein ni la voix ;
En efforts impuissants leur maître se consume ;
Ils rougissent le mors d’une sanglante écume.
On dit qu’on a vu même, en ce désordre affreux,
Un dieu qui d’aiguillons pressait leur flanc poudreux.
À travers les rochers la peur les précipite ;
L’essieu crie et se rompt : l’intrépide Hippolyte
Voit voler en éclats tout son char fracassé ;
Dans les rênes lui-même il tombe embarrassé.
Excusez ma douleur : cette image cruelle
Sera pour moi de pleurs une source éternelle.
J’ai vu, seigneur, j’ai vu votre malheureux fils
Traîné par les chevaux que sa main a nourris.
Il veut les rappeler, et sa voix les effraie ;
Ils courent : tout son corps n’est bientôt qu’une plaie.
De nos cris douloureux la plaine retentit.
Leur fougue impétueuse enfin se ralentit :
Ils s’arrêtent non loin de ces tombeaux antiques
Où des rois ses aïeux sont les froides reliques.


Phèdre - Acte V scène 6- Jean Racine

Tags: ,
 
 
equus_o_equus
Un regard hypnotique. Celui-là n'est pas du genre à rire de nos erreurs : il est bien trop parfait pour les accepter !


Автор: fotart